LES LIVRES D’ARCHITECTURE

Notice détaillée

Auteur(s) Bourdin, Pierre
Boudan, Alexandre
Titre Le premier inventaire des termes et pieces de la fortification...
Adresse [Paris, F. Pellican, 1639 ?]
Localisation La Flèche, Prytanée national militaire, D224-Res
Mots matière Astronomie, Fortification, Géométrie, Optique, Perspective
Transcription du texte

English

     Le premier inventaire des termes et pieces de la fortification : primus nomenclator militaris est un ouvrage rare dont le seul exemplaire actuellement recensé dans les fonds français est celui de la bibliothèque du Prytanée national militaire de la Flèche. Il est attribué au père Pierre Bourdin (1595-1653), membre de la Compagnie de Jésus, qui enseigna les mathématiques, l’optique, la cosmographie, le dessin et la fortification pendant dix-huit ans à La Flèche, puis au collège de Clermont à Paris. Auteur prolifique, Bourdin est notamment connu pour son cours de mathématiques, qui connut trois éditions, dont deux posthumes, entre 1645 et 1661 et pour avoir critiqué les Optiques de Descartes lors d’une querelle opposant « les professeurs de La Flèche » au philosophe. Les gravures en taille-douce signées qui accompagnent Le premier inventaire sont l’œuvre d’Alexandre Boudan (mort en 1671), éditeur et imprimeur du roi, marchand d’estampes à Paris, établi rue Saint-Jacques, à « La Corne de cerf » vers 1633, puis à « l’Image Saint-Maur » à partir de 1643. Boudan a déjà réalisé les planches du premier Cours de mathématique abrégé et clairement représenté par figures... (Paris, François Pélican, 1645).
Comme son titre l’indique, l’ouvrage de Bourdin propose une liste de termes liés à l’art militaire illustrés par des planches de Boudan. Non paginé, l’exemplaire de la bibliothèque du Prytanée national de La Flèche comporte sur la page de titre une table des matières manuscrite mentionnée « tabula hujus libri », qui illustre la diversité des thèmes traités. Sous le couvert d’un ouvrage consacré aux termes de fortification, Bourdin développe en réalité une trentaine de thèmes très divers tels l’optique, la musique, la balistique, la cosmographie, la fabrication des globes, le dessin et la perspective. L’organisation assez désordonnée de l’ensemble fait penser que cet ouvrage pourrait être une compilation de travaux en cours ou un abrégé imprimé à fin d’enseignement (notamment de ses cours de mathématiques). Les différences de bandeaux de certains chapitres inclineraient en ce sens. Une vente enregistrée en février 2008 à Fontainebleau donne la date de 1639 pour une première édition chez François Pélican à Paris avec un titre identique mais une composition un peu différente. Cette date précoce qui correspond aux années d’enseignement de Bourdin et à sa première association avec Alexandre Boudan appuierait cette hypothèse. Il serait intéressant de comparer l’ouvrage avec les cours manuscrits de Pierre Bourdin conservés à la Bibliothèque nationale de France (BnF, mss. lat 17861-1762) ainsi qu’avec l’exemplaire recensé dans la bibliothèque de l’université de Yale aux Etats-Unis sous le titre d’ Iconographia cursus mathematici.
Le premier inventaire est lié à la série de publications suscitée par les professeurs des écoles de la compagnie de Jésus tels Georges Fournier, Pierre Ango ou Claude Milliet de Châles. Destinées à l’enseignement des mathématiques appliquées, du dessin et des fortifications à la jeunesse noble, ces compilations visent à inculquer les bases de l’art militaire chez une élite pour laquelle « fortifier régulièrement et tirer des plans » était essentiellement un art de cour. Par opposition aux ouvrages contemporains d’ingénieurs de terrain tels Jean Errard de Bar-Le-Duc ou Blaise de Pagan, il s’agissait essentiellement pour les maîtres des écoles de la Compagnie de Jésus de donner « une bonne teinture » en art militaire aux jeunes officiers et aux futurs cadets du roi. Les thèmes choisis par Bourdin pour son inventaire sont particulièrement révélateurs des goûts et des tendances qui prévalent dans la noblesse française à l’aube du règne de Louis XIV. Art de la représentation et dessin y occupent une place importante, en parallèle avec l’affirmation d’un style militaire « national » qui surpasserait celui des écoles italienne et hollandaise. La tentative de Bourdin pour définir un ordre militaire français, à l’image des ordres d’architecture civile, en est tout à fait représentative. Ce thème qu’il développera plus en détail dans son ouvrage intitulé L’architecture militaire ou l’art de fortifier les places régulières et irrégulières, publié en 1655 chez Guillaume Bénard, est d’ailleurs repris par Alain Manesson Mallet dans son best-seller militaire, Les Travaux de Mars.

Emilie d’Orgeix (Inha, Paris)
Sylvie Tisserand (Bibliothèque du Prytanée national militaire, La Flèche) – 2008

Bibliographie critique

C. Bousquet-Bressolier, « Les mathématiques de l’honnête homme : manuels pratiques à l’usage des officiers et ingénieurs au XVIIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 114, 2002, 1er et 2e trimestre.

F. de Dainville, « L’enseignement des mathématiques dans les collèges jésuites de France du XVIe au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, 7, 1954, p. 6-21, 109-123.

A. Le Dividich, « Afficher, distribuer : usages éphémères de l’imprimé dans l’enseignement des sciences mathématiques en France au XVIIe siècle », Revue de la bibliothèuqe nationale de France, 14, 2003, p. 56-63.

É. d’Orgeix, « Fortification et perspective militaire au XVIIe siècle en France », M. Carpo & F. Lemerle (éd.), Perspective, projections, projet. Technologies de la représentation architecturale, Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, 17, septembre 2005, p. 91-105 ; « Fortification and military perspective in seventeenth-century France », Mario Carpo & Frédérique Lemerle (éd), Perspective, Projections and Design. Technologies of architectural Representation, Londres/New York, Routledge, 2008, p. 127-140.

É. Pequet, « René Descartes et les Jésuites ou l’histoire d’une querelle », Cahiers fléchois, 10, 1989, p. 4-12.

M. D. Pollak, Military Architecture, Cartography and the Representation of the Early Modern European City. A Checklist of Treatises on Fortification in the Newberry Library, Chicago, The Newberry Library, 1991, p. 7.

A. Romano, « Teaching Mathematics in Jesuits Schools », J. O'Malley, G. A. Bailey, S. T. Harris & T. F. Kennedy (éd.), The Jesuits II : Cultures, Sciences and the Arts, 1540-1773, Toronto, University of Toronto Press, 2006, p. 363.

C. Sommervogel, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes publiés par des religieux de la compagnie de Jésus depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Paris, Société bibliographique/Société générale de librairie catholique, 1884, 2, col. 29-30.


 

 

Notice

Le premier inventaire des termes et pièces de la fortification : primus nomenclator militaris / Boudan, Alexandre, Bourdin Pierre, S. J. [1639?]. -109 f. ; in 4°.
Manuel sans mention d’auteur ni d’éditeur, non paginé. – Table manuscrite sur la première garde : inventaire, quatre planches ; iconographia cursus math., arith., geom. ; musica, mechanica ; optica ; cosmographia ; munitionis ordines ; gallica ; holland ; delineatio polygonorum ; linea fundamentalis munitionum ; sectiones profil ; ordre françois ; holl. ; pratique [geometrique] de fortifications ; l’orthographie ; places irrég. ; dehors, pièces détachées ; géométrie pratique ; resolutio triangulorum ; oculus ; oculi fœcunditas ; fundamanta visionis ; visionis oeconomia ; absoluta visio ; perspectiva ; perspectiva ; speculum planum ; specula plana ; sphœrica specula ; mixta specula ; cosmographia ; syst.[eme de ] Ptolémée, Copernic ; [supposition de] Tycho ; globe terrestre et les usages ; declinationes solis ; horologium cosmographicum ; alphabet de la geometrie, fin.- Se compose de feuillets en latin ou français imprimés accompagnant chacun une planche expliquant le géométrie appliquée à l’optique, la géographie, la cosmogonie, la fortification...
Illustrateur : Alexandre Goudan
La Flèche, Bibliothèque du Prytanée, D224-Res.
*Notes :
- Reliure parchemin à la hollandaise.
- Un des deux seuls exemplaires connus dans les bibliothèques publiques. Ex-libris manuscrit des Jésuites de La Flèche en latin (Ex cat. : Collegii regii flexiensis soc. Jes. 59), pagination manuscrite d’époque.
- Fonds propre d’origine du Collège royal des Jésuites de La Flèche.