LES LIVRES D’ARCHITECTURE



Auteur(s) Vitruve
Barbaro, Daniele
Palladio, Andrea (illustrateur)
Titre I dieci libri dell’architettura di M. Vitruvio...
Adresse Venise, F. De Franceschi & J. Criegher, 1567
Localisation Einsiedeln, Stiftung Bibliothek Werner Œchslin, A 04b app. 860
Mots matière Architecture
Transcription du texte

English

     En 1567 l’imprimerie vénitienne de Francesco De Franceschi publia à la fois une édition corrigée de la traduction commentée italienne du Vitruve de 1556 de Barbaro, et pour la première fois une édition latine avec commentaires. Bien que l’on n’ait que peu d’informations biographiques sur Francesco, nous savons qu’il installa et fit fonctionner une imprimerie essentiellement pour la publication d’ouvrages en langue vernaculaire de 1562 à 1599. De Franceschi et son imprimerie ont manifesté un intérêt remarquable pour les savoirs en architecture et en mathématiques. Ce fut lui qui publia les Istutioni harmoniche de Giuseppe Zarlino en 1562, ainsi que ses Dimostrationi harmoniche de 1571, le traité sur les proportions de Silvio Belli en 1573, la nouvelle édition de la traduction du De re ædificatoria de Leon Battista Alberti de Cosimo Bartoli en 1565, et aussi les éditions de Serlio de 1566 et 1569. En outre, la première édition des Quattro libri dell’architettura de Palladio (1570) fut imprimée par Domenico De Franceschi, un proche parent de Francesco qui travailla comme imprimeur indépendant à Venise de 1566 à 1585.
Le texte utilisé pour les éditions italienne et latine de 1567 de Vitruve est une version reformée et réduite de l’in-folio à l’in-quarto de l’édition italienne de 1556, dont les droits d’auteurs de dix ans avaient expiré. De nouveaux droits pour ces éditions de 1567 furent accordés par le Sénat vénitien le 6 mai 1567 pour une durée de vingt ans. Selon De Franceschi, des changements et des corrections furent apportés à la fois dans les commentaires et dans les illustrations. Le texte de l’édition italienne de 1567 est, cependant, en substance le même que celui de l’édition de Marcolini de 1556, quoique le style quelque peu elliptique de l’original soit paraphrasé, ce qui confère au texte une plus grande clarté. Il n’est pas possible de dire combien de temps Barbaro et Palladio ont passé à réviser le texte de l’édition précédente et à préparer de nouvelles illustrations. Ce dut être sans doute en relation avec le travail de vérification d’observations précédentes que Daniele Barbaro entreprit un voyage à Rome de janvier à mai 1566.
L’édition italienne de 1567 comporte 121 gravures. La majorité de celles-ci sont des copies en réduction des illustrations de 1556, mais il y a des omissions, des combinaisons de plusieurs sujets de l’édition de 1556 sur une même gravure, et également des ajouts de nouvelles illustrations par Palladio. Les grandes initiales gravées sur bois au début de chaque livre proviennent d’un alphabet mythologique de Gabrielle Giolitto. Les copies en réduction des gravures sur bois de 1556 sont l’œuvre d’un certain Giovanni Chrieger (Johan Criegher). D’origine et probablement aussi de formation allemande, ce maître de la gravure sur bois semble avoir été actif à Venise au milieu des années 1560, en association avec DeFranceschi. Le premier ouvrage connu à Venise avec des gravures de sa composition est l’édition de Serlio de 1566, qui est dédiée à Daniele Barbaro et imprimée par De Franceschi. On peut penser que ce technicien de la gravure sur bois a été responsable du changement de format des illustrations originales de 1556 et de leur conversion de l’in-folio à l’in-quarto, de manière à ce que Palladio n’ait pas eu à redessiner chaque gravure.
Palladio fut cependant engagé pour la préparation d’une nouvelle série d’illustrations pour ces nouvelles éditions de 1567. L’édition in-quarto italienne de 1567 comprend de nouvelles reconstructions d’après Vitruve, qui n’apparaissent pas dans l’édition italienne de 1556, tels que les atriums tétrasyle, toscan, « displuviate » et « testidudinate », reconstitués et dessinés en coupe et en plan, de même que le bain romain tel que Vitruve le décrit, la palestre grecque et le forum romain. L’exécution de ces illustrations nouvelles, de même que celle des planches révisées qui introduisent des ombrures, est très semblable à celle des illustrations des livres II à IV des Quattro libri, publiés seulement trois ans plus tard.

Louis Cellauro (LARHRA, Lyon) – 2010

Bibliographie critique

L. Cellauro, Daniele Barbaro and His Venetian Editions of Vitruvius of 1556 and 1567, Thèse de PhD, Courtauld Institute of Art, London University, 1996.

L. Cellauro, « Palladio e le illustrazioni delle edizioni del 1556 e del 1567 di Vitruvio », Saggi e Memorie di Storia dell’Arte, 22, 1998, p. 55-128.

L. Cellauro, « Daniele Barbaro and his Venetian editions of Vitruvius of 1556 and 1567 », Studi Veneziani, N.S. 40, 2000, p. 87-134.

F. Lemerle, « Vitruvius Pollio, I dieci libri dell’architettura [con traduzione e commento di Daniele Barbaro] In Venetia, appresso Francesco de’ Franceschi senese, & Giovanni Chrieger Alemano Compagni, 1567 », S. Marcon (a cura di), Daniele Barbaro 1514-70 Letteratura, scienza e arti nella Venezia del Rinascimento, Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana 10 dicembre 2015-31 gennaio 2016, Venezia, antigaedizioni, 2015, p. 144-145.